15 février 2018

Les 5 règles d’or de l’autopromotion

Par Audrey Pelletier
Directrice stratégie numérique

Mettre un visage sur une marque reste une tactique payante et en cette ère de l’hyper-transparence, le visage gagnant est souvent celui du dirigeant d’entreprise. Avant d’embarquer dans l’aventure et de vous mettre sous les projecteurs, voici quelques règles pour vous guider.

 

1. Soyez vous-même

Cela peut sembler évident, mais lorsqu’on se met en vedette on veut bien sûr montrer le meilleur de soi. Sauf qu’entre qui on croit être (ou aimerait être) et qui on est réellement, il a souvent un petit écart…et parfois même un monde de différence. Par exemple, il peut s’avérer qu’une opinion exprimée sur les médias sociaux vienne contredire des pratiques ou des évènements vécus dans votre entreprise. Si tel est le cas, soyez assuré qu’un ancien employé ou fournisseur ne se gênera pas pour le révéler, publiquement de surcroît. Exprimez seulement les valeurs qui forment les piliers de votre entreprise et que vous pouvez défendre.

 

2. Votre vie privée, ça reste privé

Oui, dévoiler une partie de votre vie privée peut certainement contribuer à créer plus d’engagement envers votre marque. La présence de votre chien dans vos publications va certes générer un bon capital d’amour, mais votre opinion sur les hauts et les bas de votre vie amoureuse peuvent eux rester dans votre compte perso. N’en doutez point : si les consommateurs veulent savoir ce que vous avez fait le weekend dernier, ils sauront où trouver l’information. Sauf que sur les plateformes de votre marque, ils s’attendent à ce que vous demeuriez professionnel. Dans le doute, demandez-vous si votre prochaine publication contribue réellement à rehausser l’image de votre marque. Et si vous ressentez cette pointe de doute, abstenez-vous, c’est toujours mieux.

 

3. Il y a des limites à la transparence

Parlant de professionnalisme, il y a des choses qui ne se font jamais en public, même si elles sont faites au nom de la marque. Exemple à l’appui, Brandon Truaxe, fondateur de Deciem, une compagnie qui vise à redéfinir les produits de beauté, est un fervent croyant que toute vérité est bonne à dire. Si cette attitude a d’abord contribué aux sentiments d’honnêteté et de transparence de la marque, c’est plutôt le contraire qui s’est produit récemment.

Vraisemblablement inspiré par un périple de l’autre côté de l’Atlantique, le fondateur a publié quelques vidéos partageant de nouvelles directives pour la compagnie Deciem. Non seulement les messages semblaient être exécutés sur le coup de l’impulsion, mais il en profitait aussi pour remercier des fournisseurs dont les services ne seraient plus nécessaires et insulter les pratiques de certains compétiteurs. Il n’en fallait pas plus pour incendier la communauté et voir le nombre d’abonnés, ainsi que les ventes fondrent sous le coup des critiques. La conclusion de cette pénible expérience : vous pouvez être différent, même extravagant, mais le respect est toujours de mise.

 

4. Affronter la critique

Il y a toujours quelqu’un pour critiquer et dans le cas où vous êtes le visage et la voix de la marque, c’est à vous que s’adressera la critique. Étant humain, il vous sera difficile de faire abstraction des commentaires négatifs, mais il faudra apprendre à lâcher prise et ne pas répondre sur le coup de l’émotion. La règle est simple : tant que c’est constructif, on laisse tomber. Si ce n’est pas méchant, on laisse tomber. Si c’est à caractère haineux, on supprime le message de l’utilisateur et si ça mérite d’appeler la police, on appelle la police. Heureusement, ces derniers cas restent rares. La plupart du temps, vous aurez plus de gens prêts à se porter à votre défense que d’attaquants.

 

5. Ce n’est pas parce que ça a l’air amateur que ce l’est

Avoir l’air naturel, sans prétention et préparation, c’est un art, pas une méthode de production. De la même façon qu’aucune photo d’influenceur, aussi peu connu soit-il, n’est réellement prise sur le vif, il a aussi peu de personnalités publiques se filmant avec un iPhone sous l’impulsion d’une bonne idée… s’ils le font, cela provoque bien souvent des situations comme celle vécue par Deciem (voir plus haut). Pour vous exécuter avec succès, vous aurez besoin d’une stratégie de contenu pour guider votre discours, déterminer le bon contexte et vous assurer que le tout contribue à votre marque et à vos objectifs marketing. Pour la production, un directeur artistique sera de mise pour s’assurer de la qualité du produit fini ainsi qu’une équipe de production, un photographe ou un producteur vidéo, car au final, le look naturel, ça se travaille.


Tous les articles